Années

 

2018

2017

2016

Actualités

1-2 Juillet, 2017

Höljes, Suede

"J'ai eu beau faire voler la caisse dans tous les sens, attaquer comme un malade et sortir de très très bons départs sur les quatre qualifs, la phase finale de la course suédoise s'est refusée à moi pour la deuxième année consécutive!

Le circuit de Holjes est vraiment très complexe, technique, rapide et le plaisir que procure le pilotage en mode "gros cœur" d'une Supercar de 500 chevaux sur ce terrain est indescriptible, et c'est un peu ça aussi la magie.

Depuis l'ambiance dingue qui envahit tout le tour du circuit pendant les courses, les fêtes monstrueuses qui animent les soirées, et jusqu'à l'engagement que demande le circuit en termes de pilotage, c'est la folie! Il faut le voir et le vivre pour le croire.

On a eu à se confronter à ce que je pense être de la malchance en Q1.

Alors que j'avais fait un super envol devant Tommy Rustad, et pris le contrôle de la course devant le champion d'Europe, le pneu arrière gauche m'a lâché dès le début du deuxième tour! J'ai réussi à rallier l'arrivée malgré un passage par les portes "plus plus" qui s'est fini en marche arrière dans un bac de protection. Il faut dire que frôler les 160 km/h, dans la terre, en appui, en descente et avec une roue en moins... ce n’est pas trop fait pour en principe.. 

Puis cette Q3... la c'est pas la malchance qui nous a mis de dedans, mais ce que j'appelle "un élément extérieur incontrôlable" vous allez comprendre.

Après le bon temps en Q2, on avait une bonne place sur la grille.

Au flash tout se passe bien, quelques mètres plus tard mes voisins disparaissent de mon champ de vision, donc le départ est plutôt réussi encore une fois.

C'est arrivé dans le virage 1 que ça se gâte, et que "l'élément extérieur incontrôlable" fait son apparition! Deux coups bien placés dans mes roues arrière m'éjecteront directs au jardinage dans le bac à sable !

Qu'à cela ne tienne, je ne vais pas en rester la... donc, je soude grave, et après quelques mètres de ma première expérience "rallye raid" (merci Sebastien pour l'inspiration) je m'en sors quand même en P1, et enchaîne mes tours pour aller gagner la manche avec une voiture qui ne va plus tout à fait droit !

Tout ça est donc un peu marrant, mais seulement ce genre de blague ça coûte deux secondes au bas mot ! Et deux secondes à ce niveau là de compétition... ça coûte très très cher !

Il n'y avait plus le choix que de tenter un coup en Q4... chose qu'on a faite. Pour cette fois le coup n'a pas été gagnant et on a été éliminé au terme des qualifs."